Atelier de validation du rapport provisoire du plan directeur des infrastructures régionales de la CEDEAO

20 COPIESLe plan directeur de développement des infrastructures régionales de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est en cours de validation lors d’un atelier qui s’est ouvert à Lomé ce 9 août 2016, au Togo. Cet atelier prendra fin ce 11 août 2016.

La rencontre est organisée par la Commission de la CEDEAO à travers son Unité chargée de la préparation et du développement des projets d’infrastructures régionales d’intégration au sein des Etats membres, de la gestion du Fonds des infrastructures pour la préparation des projets, de la mobilisation des ressources, de l’identification, de la sélection et de la priorisation des projets (PPDU), basée dans la capitale togolaise.

Elle s’inscrit dans le cadre des directives du 49ème sommet ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO tenu le 4 juin 2016 à Dakar au Sénégal, adoptant la tenue d’une conférence de haut niveau sur le financement innovant et d’une table ronde des bailleurs de fonds pour le financement du Programme communautaire de développement (PCD) ; le secteur des infrastructures représentant deux tiers des besoins de ce programme.

L’atelier de Lomé réunira des experts des Etats membres ainsi que des cadres des départements de la Commission de la CEDEAO chargés des secteurs du transport, de l’énergie, des technologies de l’information et de la communication (TIC), et des ressources en eau.

Il connaîtra également la participation de représentants d’institutions économiques et financières régionales et continentales, de même que le consultant ayant élaboré le plan directeur de développement des infrastructures régionales de la CEDEAO.

En effet, la réalisation de ce plan fait suite à un diagnostic minutieux de l’état actuel des infrastructures communautaires, et d’une analyse approfondie des besoins futurs en infrastructures de l’espace CEDEAO jusqu’en l’an 2040.

Il a principalement pour objectif de déterminer les projets d’infrastructures prioritaires d’importance stratégique pour la sous-région ouest-africaine à l’horizon 2040, dans chacun des secteurs sus mentionnés, afin de planifier leur développement et mise en œuvre de manière synergique et coordonnée.

Il ambitionne également d’aider les Etats membres de la CEDEAO à identifier les besoins en infrastructures régionales pour répondre aux exigences de l’Afrique de l’Ouest en matière de croissance économique et de développement au cours des trois prochaines décennies dans les domaines du transport, de l’énergie, des technologies de l’information et de la communication (TIC), et des ressources en eau.

Les trois jours de débats et d’échanges devant déboucher sur la validation de ce plan permettront aux participants de suivre une série de présentations.

Ces présentations porteront notamment sur l’aperçu des termes de référence ayant permis l’élaboration, la méthodologie et les étapes réalisées du plan directeur, de même que le diagnostic des infrastructures régionales (transport, énergie, TIC et ressources en eau).

Le cadre stratégique pour le développement de ces infrastructures, la classification des projets et critères de sélection, la présentation des projets régionaux de transport, d’énergie, de TIC et de ressources en eau, sans oublier l’application des critères de sélection et de priorisation de ces projets seront aussi examinés par les participants.

Les discussions porteront également sur les projets sélectionnés pour les plans régionaux de transport, d’énergie, de TIC et de ressources en eau, les stratégies de leur mise en œuvre, les synergies intersectorielles et le financement du plan directeur de développement des infrastructures régionales de la CEDEAO.

Pour rappel, c’est à l’occasion de leur 41ème session ordinaire, tenue les 28 et 29 juin 2012, à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, que les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont souligné l’importance des infrastructures dans l’amélioration de la compétitivité de l’espace communautaire.

Pour ce faire, ils ont demandé à la Commission de la CEDEAO d’intensifier ses efforts pour le développement des infrastructures régionales et de mobilisation des ressources nécessaires à cet effet.

Une réunion des ministres de la CEDEAO en charge des infrastructures, du transport, de l’énergie, des ressources en eau et des TIC, tenue en novembre 2012, a analysé l’état des projets d’infrastructures régionales en vue d’élaborer une liste de projets à court terme pour l’Afrique de l’Ouest.

Elle a, en outre, approuvé l’élaboration d’un plan directeur de développement des infrastructures régionales de la CEDEAO qui définit les repères, les conditions régionales et fondamentales, les objectifs, de même qu’un cadre de développement de ces infrastructures.

 

Partenaires